Nounours

Publié le par Alain Lesueur

Nounours C’est Magic Eric. Avant hier soir, Eric Jalton était sur Canal 10, m’a fait revenir 50 ans en arrière. Son intervention télévisée, ultra soporifique, nous a beaucoup rajeunis. La campagne électorale nous rajeunit. Même si parfois, elle n’est pas loin de nous fatiguer. Après la coupure liée aux événements d’Haïti, les querelles et scènes de ménages internes au parti socialiste ont recommencé. Lurel et Jalton font un concours pour savoir lequel est le plus traitre des deux. Il va sans doute falloir les départager à la photo finish. Donc rien de nouveau sous le soleil de la campagne électorale. Moins vous avez à dire, plus les médias vous invitent à le faire savoir. S’il avait fallu résumer l’intérêt de l’intervention de Eric Jalton sur Canal 10, pour la Guadeloupe et les Guadeloupéens, un mot suffirait : aucun. On a le sentiment qu’Eric Jalton, depuis sa plus tendre enfance joue à imiter son père. Même manière de parler, même démarche pesante où on sens le poids lourds des années de labeur qu’il lui a fallu pour arriver là. Naître et revendiquer l’héritage. Le mimétisme est tel qu’on a le sentiment qu’Eric, qui est plutôt jeune en âge, a toujours été vieux. En posture et en idées. Sa voix de conteur du troisième âge fait penser à celle de Nounours. Au début de la télévision en Guadeloupe, il y avait une émission vers 19 heures. Cela s’appelait Bonne nuit les petits. Nounours, personnage principal de l’émission, arrivait sur un petit nuage, en compagnie du marchand de sable, pour s’assurer que les enfants s’étaient bien brossés les dents. Pour finir il disait sa célèbre formule : « Bonne nuit, les petits » pendant que le marchand de sable jetait un peu pour endormir les enfants. J’ai dû garder un côté enfantin, et Eric un côté Nounours, car je n’ai pas vu la fin de l’émission. C’est en pleine nuit que je me suis réveillé… pour éteindre le téléviseur.

Publié dans Léger mais réel

Commenter cet article