Un dimanche à la campagne

Publié le par Alain Lesueur

Malendure.JPG
Tournée en Basse-Terre pour Guadeloupe Demain, dimanche 7 mars 2010. Après une semaine très active qui nous a permis de faire une percée médiatique remarquée, nous avions rendez-vous avec vous, comme dans la chanson de Geoges Brassens. "Tout le restant m'indiffère, j'ai rendez-vous avec vous".
Nous partîmes du rendez-vous de Gourde liane pour nous rendre en convoi à Petit Bourg, notre première escale. Là, nous avons rendez-vous avec France Antilles, pour un reportage de campagne. Bonne ambiance avec Dominique Chomereau Lamotte et Nicomède Gervais, respectivement photographe et journaliste. Nous nous quittons en leur laissant nos documents de campagne ciblés, selon les zones visitées et les acteurs sociaux concernés. La sortie de la messe se fait dans une atmosphère de voeux accompagnant notre "Mission". La morale, l'éthique, guident nos pas avec les voeux des fidèles sortant de la messe. Nous prenons du retard, car nous sommes retenus par les conversations d'avenir. Nous ne résistons pas beaucoup pour nous enfuir. Trois-Rivières nous attend. Je contacte mon ami Albert Dorville qui nous rejoindra pour une poignée de main. Au bourg, puis au débarcadère, le contact est chaleureux. les jeunes souhaitent voir un changement. Au bar de Monsieur Talbot, on est accueilli avec joie et espérance. Je croise un ancien de la JTR qui m'a connu avec l'USR et beaucoup plus de cheveux sur la tête. Nous partons à regret vers Baillif, puis c'est successivement Vieux Habitants, Bouillante. C'est le début d'après midi. Nous faisons étape à Malendure. Nous sommes partout chez nous. Nous nous installons au hasard dans le parking. On m'interpelle par mon nom. C'est un cousin. Il m'apprend que le bar attenant est tenu par une Lesueur. Nous lions connaissance, parlons de la famille, de ceux qui s'en vont, des naissances. Il est vrai que nous sommes à  plus d'un kilomètre à peine de Mahault, lieu de naissance de notre mère. Nous faisons la photo de famille après le pique nique. Puis nous faisons un récapitulatif du programme de la semaine à venir. Nous nous séparons un peu à regret. Il ya quand même la famille qu'il ne faut pas négliger. Même si certains colistiers ont déjà enrôlé mari ou femme et enfants. A Pointe-Noire, petite halte chez la belle mère, qui elle aussi est en pleine campagne, bien qu'elle habite le bourg. Guadeloupe Demain est déjà une famille, avec un projet commun, le bien de la Guadeloupe. Une oeuvre de longue haleine. Mais quelle belle oeuvre! Et quelle somme d'enthousiasme.

Publié dans Journal de campagne

Commenter cet article