Quand un sondage annonce la défaite

Publié le par Alain Lesueur

Quand un sondage pronostique la défaite de Lurel

 

Un sondage peut-il annoncer, deux mois à l’avance, qui va gagner une élection. Certainement pas. La météo du jour n’est pas celle du trimestre. Mais peut-être un sondage peut-il révéler qui va perdre l’élection régionale de mars 2010.

 

La société Qualistat a réalisé un sondage qui a plongé Lurel dans le bonheur. A première vue, ce sondage annonce sa victoire. Il s’est précipité sur les ondes de RFO, où il a table ouverte en permanence, pour dire sa satisfaction. Pourtant, une fois décrypté, le sondage annonce plutôt sa probable défaite. Réalisé sur la base de deux candidatures, Lurel et Jalton, plus un parti, l’UMP, le sondage n’a réussi à faire choisir que deux électeurs sur trois. Un sur trois, 33%, n’a rien dit.. A priori, cela signifie qu’il n’adhère ni à l’un ni à l’autre. Seuls deux électeurs sur trois ont accepté de faire un choix. Sur les deux, qui représentent 66% de la population, un seul a choisi Lurel ou Jalton. A eux deux, ils font 35%, plus 17% d’intentions de vote, soit 52% au total. En définitive, les deux candidats du Parti socialiste ne représentent que la moitié de 66%, soit 33% des intentions de vote. Cela donne à peu près 22% des intentions de vote pour Lurel et 11% pour Jalton. Le reste des intentions de vote, soit une grande majorité des deux tiers, est de ce fait disponible, et va se répartir entre les autres candidats, qui se feront connaître au fur et à mesure, et le parti des abstentionnistes habituels du premier tour.

Avec ce décryptage, on voit bien qu’avec 22%, pour un candidat sortant, c’est en réalité plutôt mal parti. Primo, Lurel perdra des voix lorsque les candidatures des autres seront connues. C’est pourquoi il a eu bien tort de télécommander ce sondage qui le montre plus beau qu’il n’est. Lurel est donc condamné à baisser sondage après sondage. Ce qui est du plus mauvais effet électoral. Secundo, le Tout Sauf Lurel, qui a été créé par les médias, pour le victimiser et le soutenir, mais qui est justifié par le bilan du sortant, a un boulevard devant lui. Surtout que le sondage nous révèle un véritable exploit de Lurel. Il réussi à se rendre antipathique à 38% de la population. Il est probable que ce soit le record de la Guadeloupe toutes catégories. Dans ces conditions, il y a peu de chances que ceux qui ne le supportent pas, se rabattent sur lui au second tour. Lurel sur la voie royale pour être battu, il reste à trouver qui va gagner. Jalton ? Mais avec ses 11% d’intentions de vote, rien ne dit qu’il roulera sur le boulevard qui mène à la victoire. Il risque lui aussi de perdre des voix lorsque toutes les candidatures seront connues. Et d’autres, lorsque ses colistiers seront nommés. Dans ce cas de figure, plusieurs listes de candidats sont capables de franchir la barre des 5 ou des 10% qui leur assure la possibilité de se maintenir au deuxième tour ou de constituer des alliances. Le sondage Qualistat montre que personne n’a encore gagné l’élection… mais que Lurel l’a peut-être déjà perdue.

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

tida 16/01/2010 17:15


Dîtes moi quel crédit peut-on accorder à un sondage avec 2 candidats du même parti. Calistat un peu de sérieux! la Guadeloupe vous regarde.
Au fait qui à payé ce sondage?


Alain Lesueur 17/01/2010 18:47


Selon Qualistat, le sondage a été fait sans commanditaire. Le patissier fait des gateaux sans commande. Mais il sait qui est enclin à acheter un gateau qui dégouline de la confiture préférée de tel
client narcissique potentiel