Mes excuses à Gilbert

Publié le par Alain Lesueur

 
jfk_excuses.gifMon ami Gilbert Pincemaille m'a appelé pour me présenter des excuses. Ses commentaires plus que désobligeants dans une émission d'information de RFO ont selon lui, dépassé sa pensée. Dès lors, la perception des auditeurs a elle aussi été faussée, ce qui est tout à fait dommageable pour un candidat qui se présente à une élection régionale, surtout quand les faits nuisibles se produisent à l'orée de la campagne officielle.
D'abord je dois renouveler publiquement les remerciements que j'ai adressés à Gilbert au téléphone. Je ne l'aurais pas appelé, précisément en raison de nos relations personnelles. Si je suis président de Région, je laisserai les journalistes faire leur travail comme il l'entendent et comme le prévoient les règles de droit et la déontologie. Je ne suis pas président de Région, je ne vais donc pas commencer à jouer les censeurs. J'aurais appelé Gilbert après les élections, pour en parler la tête froide. Car moi aussi, il m'arrive, en dépit de mon caractère peu belliqueux, de prendre la mouche. Ma réponse sur le blog, fut peut-être un peu virulente par rapport à l'incident en lui-même. Et peut-être ai-je fait supporter à Gilbert, une partie de ma réaction qui visait RFO en général, « le système RFO » et pas un individu en particulier. Je lui dois des excuses.
J'ai fait toute ma carrière professionnelle dans le service public. J'ai toujours respecté ma fidélité à l'enseignement public pour mes enfants, par conviction, même lorsque tel ou tel enseignant était défaillant et que le système le couvrait, c'est dire que je suis par principe attaché au service public. Mais RFO est, dans cette campagne, une honte pour le service public. C'est à croire que personne n'y connaît, ni la définition, ni les obligations attachées à la notion de service public. Ce n'est pas le rôle d'un service public de l'audiovisuel de faire du carnaval l'axe central de sa politique. Pas plus d'ailleurs qu'un autre service public comme le conseil régional. Alors quand deux services publics conjuguent leurs efforts pour se donner comme priorités d'une part l'abrutissement et l''abêtissement public, sur fond de publicité interdite et de propagande électorale à peine déguisées, et d'autre part, pour produire des spots publicitaires qui sont contraires aux dispositions du code électoral, la frontière de la démocratie recule dangereusement.
Gilbert reconnaît être sorti des clous. L'incident est donc clos. En revanche, je n'ai toujours pas compris les règles de fonctionnement de RFO, en particulier à la radio. Cumulé, mon temps de parole pour la campagne sera de une heure et dix minutes. Sur RFO télé, j'ai déjà parlé entre 5 et 10 minutes. Lurel doit être à un mois de temps de parole cumulé au cours des derniers mois. 30 jours, c'est à dire 720 heures à la radio et presque autant à la télé. Sans compter les informations où il est question de lui, ou de son action, réelle ou supposée. Pour RFO, c'est cela qui correspond à la définition de l'équité, imposée par le CSA.

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Pierre 03/03/2010 10:36


Monsieur LESUEUR, je crois que votre portrait présenté par Monsieur PINCEMAILLE hier, sur RFO radio,est bien plus qu'une excuse publique. C'est une reconnaissance de votre mérite et de vos
compétences.
Monsieur PINCEMAILLE vous remontez dans mon estime.


Alain Lesueur 03/03/2010 19:23


Celui qui reconnaît son erreur, est à moitié absout. Celui qui tente de la corriger se grandit. Sachant partir de très bas, Gilbert de remonter dans mon estime, ce qui est relativement aisé, mais
aussi dans sa propre estime. Lorsqu'il est seul, avec sa conscience comme l'oeil de Caïn. Et là, les comptes sont plus difficiles à régler.