Lurel est à l’écoute

Publié le par Alain Lesueur

Le candidat sortant est présent sur les médias à l’heure du café, du kyololo, du didiko, du petit déjeuner, de l’apéritif, du déjeuner, du goûter, du diner et du souper. Cependant, il trouve parait-il le temps de lire mon blog. Il s’en inquiéterait même. Si c'est le cas, il n'a pas tout à fait tort.

 

Si j’étais aujourd'hui président du conseil régional, après les traditionnels vœux, dès la mi janvier, j’aurais pris quelques vacances. D’abord parce que j’aurais travaillé dur pendant six ans. Et cela se saurait. Non pas parce que le dirais, à coup de pages de publicité et de spots à la télévision, mais parce que cela se verrait, et parce que ce sont les autres, notamment les partenaires de la Région, qui le reconnaitraient et le diraient. J'aurais été en mesure de prendre des vacances, aussi parce que le budget de 2010 de la Région, applicable au 1er janvier 2010, aurait été voté dès décembre 2009. Enfin, je m’offrirais des vacances pour que l’on ne fasse surtout pas la confusion entre le président élu en 2004, et le candidat éventuel à sa propre succession, en mars 2010. Et laconfusion aurait été d’autant plus difficile à faire que j’aurais attendu la période de déclaration officielle des listes de candidats pour annoncer ma décision. Du 20 janvier à début février, je me serais fait invisible dans les médias. Ainsi, au lieu de faire camapgne en recevant une indemnité, j'aurais continué à faire mon travail de président. J’aurais pu ainsi être disponible pour œuvrer à l’organisation des secours en Haïti, sans jamais apparaître à la télévision, ni m’exprimer à la radio. J’aurais réuni le conseil régional à huis clos, afin qu’il délibère sereinement mais en urgence, sur le versement d'une aide financière d’urgence et sur le principe de la participation régionale à un plan pluriannuel d’aide à la reconstruction d’Haïti, principe qui aurait été adopté mais à faire valider par la nouvelle équipe élue, en cas d’alternance.

Bref, j’aurais été serein. Tout le contraire de Lurel qui s’agite comme un rat dans un bocal. Normal, il sait combien son bilan est peu flatteur et se sait gêné aux entournures pour présenter des propositions mirifiques sans pouvoir expliquer pourquoi il n’en a rien fait durant les six ans de mandat. Lurel ne doit pas s’inquiéter de moi, puisque je n’ai pas accès aux médias, quand lui, doit même passer après minuit sur la chaine XXL, et sur Disney channel, tant il est partout et tout le temps, à afire le zouave. Il ne faut pas qu’il s’inquiète si tôt. Sur mon blog, nous n’en sommes qu’au hors d’œuvre. Que dis-je à l'apéritif. Mais nous serons bien sur la ligne de départ de la campagne officielle. Et les médias qui contninuent à faire sa camapgne publicitaire ne pourront plus me bâillonner. Il risque alors d’y avoir du dombré.

Publié dans Au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article