Les maires porteuses

Publié le par Alain Lesueur


mere-porteuseLurel se targue d’avoir le soutien de 17 maires. Il est assez intéressant de lire la motivation des dits maires. Sept magazine dont on ne peut pas dire qu’il est anti Lurel, nous dévoile le pot aux roses. Selon leur déclaration commune, les maires louent « l’équité et l’équilibre… en accordant des soutiens financiers à l’ensemble des communes sans distinction de taille ou d’appartenance politique. » Cela signifie que Lurel a respecté la loi. Aucun texte ne l’autorise à refuser des aides aux communes qui seraient trop petites ou trop grandes. Cela signifie aussi que 15 maires, soit la moitié des 32, pensent exactement le contraire, c'est-à-dire que Lurel a fait l’inverse, de la politique politicienne, du saupoudrage électoraliste, avec un emballage de discours égalitaire.
Les "maires porteuses", qui se croient enceintes des voix des électeurs de leur commune mais qui font en réalité une grossesse nerveuse, ajoutent se féliciter de la révision du SAR. C’est exactement comme si un parent félicitait son enfant d’avoir fait un devoir à l'école… Sans voir que l’enseignant lui a donné l’appréciation « Médiocre. Elève Désespérant ». Le pompon, c’est le satisfécit de « la synergie sans équivalent dans notre histoire entre le Conseil général et le Conseil régional qui a rendu efficaces nos politiques publiques ». Tellement synergique que la Région construit un lycée à 50 millions à Port-Louis pendant qu’à Sainte-Rose on attend un collège depuis 20 ans et que le Conseil général peine à boucler le financement des 8 M€ et qu'il manque trois ou quatre autres collèges en Guadeloupe. Si efficace que six ans de synergie ont conduit à une grève générale sans précédent, provoquée par une politique régionale anti économique basée sur la chute de l’investissement public de 25% en 6 ans.
Faut-il y voir une volonté de Sept magazine de réfuter cette thèse surréaliste d'un bilan positif de maires érigés en paragon de vertu ? A la même page du journal, sous la plume de l’excellente Marie-France Grugeaux, on peut lire que les super maires en question, le Préfet les prend pour des Guignols qui ne font pas le minimum du minimum qui leur incombe dans des domaines où leur intervention est indispensable et où ils brillent par leur carence totale. En 2010, la question des déchets doit être réglée, dixit le préfet Fabre. Et contrairement à ses prédécesseurs qui auraient dû être mis à la retraite d’office pour avoir dit et fait n’importe quoi dans la gestion de ce dossier, Fabre affirme que tout reste à faire et que la création contre l’avis de toutes les personnes sensées d’une décharge sur un terrain avec vue sur mer à 100 € du mètre carré, n’a strictement rien réglé. En conséquence, les super maires porteuses dont le ventre est en réalité rempli de déchets non traités, et de vin, servi en pot, n’ont qu’à bien se tenir. L’Etat dit le Préfet, prendra, comme Malcolm X, « les mesures nécessaires, en matière de déchets, mais aussi sur le sujet sensible des stations d’épuration et des eaux usées ». Le Préfet rappelle qu’il est « responsable de la salubrité publique » et que c’est dans ce cadre qu’il interviendra. Il faudra qu’il adresse un courrier à ses prédécesseurs pour le leur dire. Parce qu’apparemment, eux ne l’on t jamais su. Je me bats depuis deux ans pour que le maire de Sainte-Rose cesse de faire boire de l’eau pourrie à la population depuis huit ans qu'il est en place. L’Etat sait que de septembre à fin décembre 2009, les enfants de la moitié des écoles de la commune ont bu une eau que lui-même préfet avait dû  interdire à la consommation humaine. J’espère que le maire de Sainte-Rose va être élu à la Région et qu’on lui confiera l’eau de la Guadeloupe, en particulier l’eau de Saint-Claude, afin que le Préfet profite d’un privilège que l’Etat complice réserve aux seuls Sainte-Rosiens, l'eau à la couleur de jus de maracuja. A Sainte-Rose, nous sommes contre les privilèges. On est pour l'égalité et le partage.
Pour en revenir à nos super maires, qui trouvent Lurel si parfait, c’est normal quand on y réfléchit. Qui se ressemble s’assemble. Le Préfet trouve ces maires irresponsables. Des irresponsables qui reconnaissent en Lurel leur leader dans l’inconséquence.

Publié dans Les régionales

Commenter cet article

Desirade 16/02/2010 18:01


Excellent merci. Ces histoires de déchets sont au coeur de la politique menée par notre maire à la Désirade.


DJ 16/02/2010 13:30


Une classe politique incapable de régler les problèmes d ordures ménagères depuis 20 ans ...
incapable d organiser des transport en commun, incapable d organiser la formation, incapable de faire la moindre prospactive.
Seulement capable de générer de nouvelles taxes, et de crier c est la faute à l'état....