Le radeau de la Méduse

Publié le par Alain Lesueur

Radeau_meduse.jpgLa campagne a fini par commencer. Il aura fallu, il aura suffi que nous exprimions la voix de peuple. Par un extraordinaire concours de circonstance, il aura fallu attendre la période extrêmement courte de la campagne officielle. L’attitude des médias a changé. Je ne dirai pas qu’ils ont capitulé. Je dirai qu’ils ont fini par se rendre à l’évidence. Celle de constater que la seule liste qui dispose d’un véritable projet pour la Guadeloupe, c’est Guadeloupe Demain. On peut ajouter qu’il s’agit d’une véritable équipe, soudée, motivée, unie par les liens du projet et non pas ces Pacs conclus le temps d’une élection, au prix de positions contre nature qui font plus penser à de la pornographie politique qu’à l’amour sincère pour une cause commune. En somme, pour Lurel, Carabin, c’est davantage "La moule du Moule" que la Juliette de Roméo. Enfin, notre peuple constate qu’il a trouvé un candidat issu de ses rangs et qui n’a pas oublié en route, d’où il vient. Aux autistes qui nous gouvernent depuis tantôt, le peuple répète inlassablement, , « Parlez-moi de moi, il n’y a que cela qui m’intéresse » sans être entendu. Après avoir pratiqué le « négationnisme » dans le domaine de l’information, ce qui est un comble, enfin, les médias reconnaissent désormais notre existence, celle de notre projet, la qualité de notre réflexion, la pertinence des colistiers et la vision de long terme que le leader apporte et qui donne sa cohérence à l’ensemble. On passe même parfois des lazzis moqueurs aux hommages. Hommages parfois même un peu exagérés.
Evidemment, après cette campagne où les irrégularités flagrantes n’ont jamais été dénoncées par les médias, alors même que souvent les médias audiovisuels, comme la presse écrite, ont été les instruments par lesquels le candidat sortant en particulier,  a accumulé les délits, se pose la question de la crédibilité du monde médiatique. Aujourd’hui, les médias, c’est le radeau de la Méduse. Le rutilant navire n’est plus qu’un pauvre pripri, fait de bric et de broc. Le triangle Destrellan Grand Camp Jarry est devenu le triangle des Bermudes. La presse guadeloupéenne libre et indépendante du pouvoir politique y a disparu, corps et biens, sans laisser de trace.
Alors d’où vient le radeau de la Méduse et ses rescapés ? Au moment de boire la dernière tasse et avaler leur bulletin de naissance dans la presse, à savoir leur carte de journaliste, in extrémis, certains se sont réveillés en sursaut et ont semblé prendre conscience du naufrage collectif qui était en train de se produire. Et du désastre que ce serait, du désastre que c’est pour la démocratie guadeloupéenne. Pas certains que nous trouvions un Géricault pour transformer un faits divers pour première page de quotidien d’information, appelée à être chassée par un autre faits divers, en œuvre d’art éternelle digne du plus grand musée du monde.
La campagne est en cours. La tempête n'est pas terminée. Aujourd'hui France Antilles et Sept Magazine ont donné un nouveau coup de couteau à léquité. Ce sera certainement le dernière une de Lurel dans un 7 Mag. Celle du futur ex président du conseil régional. France Antilles qui a reçu un bon million d'euros en publicités inutiles diverses payées par la Région, le Département et Baie-Mahault va continuer jusqu'au bout à réserver un sort avantageux au sortant. Mais dès qu'il sera battu, il n'aura droit qu'à la rubrique faits divers... ou à la rubrique des "chiens écrasés".

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Fortin Simone 07/03/2010 22:03


Tout comme votre prestation sur RFO le petit reportage de distribution d'informations à Pà P était également une réussite: le sourire, la sérénité mais aussi le sérieux étaient clairement affichés,
les échanges bon enfant, c'est ça le terrain qu'il nous faut conquérir.


Alain Lesueur 07/03/2010 22:30


J'aime ce "nous conquérant, car il résume ce que nous tentons de réussir.


DJ 05/03/2010 19:45


Tenez bon que la caravane passe....


Alain Lesueur 06/03/2010 01:45


Notre motivation est décuplée par le soutien populaire qui enfle


dj 05/03/2010 10:30


A propos de la presse, avez vous entendu la meute haineuse essayant de déstabiliser Madame LOSIO. Lamentable


Alain Lesueur 05/03/2010 16:39


DJ. J'ai eu des échos parce que malheureusement il y a trop de choses à suivre et autant à faire en même temps. L'élite est censée éclairer le peuple. Mais qui doit éclaire cette "élite" pour la
guérir de son penchant pour la médiocrité.