Jus de canne et Bagasse

Publié le par Alain Lesueur

Bagasse.jpg La duplicité des médias audiovisuels de la Guadeloupe dans cette campagne électorale va finir par leur exploser à la figure. Sur RFO lundi 22, on a eu une nouvelle démonstration de la schizophrénie qui a frappé la station radio du service public. Zappant de RFO à RCI pour ne rien rater, j’ai entendu la fin d’une analyse de Danican, lais Dany Khan, reprenant une thèse que sortent les journalistes lorsqu’ils veulent donner l’impression de faire leur travail. Nos journalistes sont comme les coureurs de jupons. Ils font semblant de s’intéresser à ce qu’il y a dans la tête de leur proie quand en réalité ils sont obnubilés par ce qui se passe sous la ceinture. Le temps d’un éditorial, il font mine de se situer au dessus de la mêlée, quand en réalité, journal après journal, ils s’intéressent en priorité aux dessous de la politique politicienne. Entendre Dany Khan se plaindre que la campagne soit faite de cancans entre candidats, c’est en réalité de l’auto critique qui s’ignore. Car qui colporte les cancans en questions depuis des mois, sinon les médias eux-mêmes, qui les dénoncent le dimanche, après avoir pêché toute la semaine. Ils sont comme ces curés qui pêchent par la chair la semaine, et prêchent en chaire le dimanche. Qui développe les informations de manière inversement proportionnelle à l’intérêt que cela représente pour les électeurs, sinon les médias eux-mêmes, dont celui dont Dany Khan, le dénonciateur, est l’un des responsables. Mais à ce stade, ce serait seulement de l’incompétence mêlée à de l’incohérence. Mais il y a plus grave, c’est le parti pris électoral. A moins que ce soit le parti pris de discréditer le principe de l’élection, en faisant une promotion larvée de l’abstention, une tradition bien ancrée dans le nationalisme cher à quelques uns de nos fonctionnaires. Ou encore le parti pris de faire la promotion de tel candidat, au mépris des règles édictées par le CSA. Car pour faire bonne mesure, la rédaction de cette radio ne s’est jamais résolue à annoncer ma candidature, m’a donné la parole quelque minute, au bout de deux mois, et à 6 heures du matin, a reçu diverses versions allongées de notre projet pour la Guadeloupe. Cela n’a pas empêché le Jerry Lewis de l’info de terminer son intervention en disant qu’aucune liste n’avait de programme, ni n’en parlait. Voilà une autre exemple, après mon autre « ami » Gilbert Pincemaille qui m’a sali aux yeux et aux oreilles de milliers d’auditeurs, pour ensuite m’appeler sur mon téléphone personnel, en tête à tête pour s’excuser, du manque d’honnêteté qui caractérise RFO radio. Vous me direz qu’ils ne sont pas payés pour être honnêtes, mais journalistes. Vous exagérez. Et c’est inexact. Car le CSA exige des médias de faire une présentation « honnête » des informations à caractère électoral. Ce mode de fonctionnement pervers d’une partie de la presse guadeloupéenne est caractéristique. Il rappelle la stratégie des coureurs de jupons. Ils font mine de s’intéresser à la haute pensée de la « Sois belle et tais-toi », à qui ils ont affaire, alors qu’ils sont préoccupés par se qui se passe au dessous de sa ceinture. Là, on fait de même, on parle de projet pour se plaindre qu’il n’y en ait pas, mais on passe son temps à colporter les dessous de la politique politicienne, encore souillés des amours contre nature. La Radio, c’est comme la production locale. On a tendance à exporter le meilleur. Ainsi, les producteurs de melon exportent le Philibon, et vendent localement le Flamboyant. Là, c’est pareil. De même qu’on exporte le rhum et le sucre en gardant le reste pour nous, on doit exporter le jus dont on fait les vrais journalistes, et garder pour nous les Danican et Bagassien, le Jerry Khan et la… bagasse.

Publié dans Léger mais réel

Commenter cet article

Claude 03/03/2010 10:56


Je suis pour la liberté de la presse, mais Monsieur BAGASSIEN est une plaie vivante pour le service publique. Aucune capacité d'analyse, des raisonnements foireux,des propos de comptoirs de bar, le
tout servi avec un soupçon de condescendance et une bonne dose de mépris dans la voix. A moins que ce ne soit de la jalousie...Monsieur BAGASSIEN ALLEZ VOUS FORMER! merci pour les auditeurs que
nous sommes qui sont obligés de vous supporter pour ne pas zapper sur RCI définitivement.


Alain Lesueur 03/03/2010 19:13


Vous êtes dure. Mais j'ai pensé dans l'instant comme vous. Mais je pense que les gens ont toujours une raison d'agir comme ils agissent, et que cela peut leur donner une circonstance atténuante. Je
sais depuis longtemps qu'à donner l'impression de faire facilement, à titre de hobby, ce qui demande à d'autres de suer sang et eau pour... ne pas y arriver, ne me vaudra ni leur admiration, que je
ne réclame pas, ni leur amitié. Vous avez raison. Le vedettariat précoce que donnent les médias est une dissuasion à l'effort et au progrès. Vous savez, j'appartiens à un conseil municipal où des
personnes qui n'ont aucune formation ni expérience administrative se moquent parfois de ce que je dis. Et le pire, c'est que c'est encore moi qui étude les dossiers que je reçois, quand ils
n'ouvrent l'enveloppe qu'en séance. On n'échappe pas à son destin.


pierre 03/03/2010 10:16


Je vous ai entendu hier et je rêve d'un homme comme vous à la tête de la Guadeloupe.

GUADELOUPEENS N'ALLEZ PAS VOTER SANS REFLECHIR A L'AVENIR DE VOS ENFANTS


Alain Lesueur 03/03/2010 16:09



Je rêve d'être à la tête d'une Guadeloupe qui soit redevenue le pays des élus intègres. Je pense que nous rêvons de la même.