Comment être candidat?

Publié le par Alain Lesueur

Pour être élu, il faut d'abord être candidat.Chaque candidat doit remplir un formulaire individuel de candidature. La liste de tous les candidats est ensuite déposée au bureau des élections de la Préfecture, par la tête de liste ou par un mandataire désigné par lui
PREFECTURE DE LA GUADELOUPE

ÉLECTIONS DES CONSEILLERS REGIONAUX DE MARS 2010

DÉCLARATION DE CANDIDATURE

Intitulé de la liste : Guadeloupe Demain

Région : Guadeloupe

Numéro de présentation du candidat :

   

NOM :

 

NOM d’usage (qui figurera sur les bulletins de vote) :

 

Prénoms :

 

Sexe :                            Date de naissance :         /         /         .

 

Commune de naissance :

 

Département, collectivité d’outre mer ou pays de naissance :

 

Nationalité :

 

Domicile :

 

 

 

Commune d’inscription au rôle des contributions directes :

 

 

Profession                                         N° CSP :

 

Étiquette politique déclarée du candidat :

 

 

Je déclare être candidat sur la liste mentionnée ci-dessus et confie au candidat tête de liste Monsieur Alain LESUEUR, ou à son mandataire, le soin de faire ou faire faire toutes déclarations et démarches utiles à l’enregistrement de la liste.

 

J’atteste avoir satisfait aux obligations imposées par le code du service national.

Je déclare ne pas être déchu du droit d’éligibilité.

 

Je reconnais avoir été informé (e) :

 

1. qu’en application de l’article 57 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, sont enregistrées dans un traitement automatisé, autorisé sous l’appellation « fichier des élus et des candidats », par le décret n° 2001-777 du 30 août 2001, les données à caractère personnel visées à l’article 3 du décret précité concernant chaque candidat de la liste ;

2. que ces données à caractère personnel, à l’exception de l’adresse et du téléphone, sont susceptibles d’être diffusées à toute personne qui en ferait la demande ;

3. que le droit d’accès et le cas échéant de rectification des données à caractère personnel s’exerce directement auprès de la préfecture dans les conditions suivantes :

- pour les données autres que la nuance politique, il est organisé dans les conditions de droit commun définies par les articles 39 et 40 de la loi du 6 janvier 1978 précitée ;

- pour la nuance politique, l’article 5 du décret du 30 août 2001 précise que les candidats désirant obtenir une rectification de la nuance politique qui leur a été attribuée doivent présenter leur demande jusqu’au quatrième jour inclus précédant le scrutin s’ils souhaitent qu’elle soit prise en compte pour la diffusion des résultats. Toute demande de rectification présentée après ce délai ne pourra donc pas être prise en considération pour la diffusion des résultats.

 

Je reconnais avoir été informé des grilles des nuances des candidats et des listes qui sont notifiées au candidat tête de liste ou au mandataire désigné par lui au plus tard lors de l’enregistrement de la déclaration de candidature.

 

Fait à

 

Le                                 2010

 

Signature du candidat :

Publié dans La Guadeloupe

Commenter cet article

agnès 06/02/2010 21:12


Où est le problème ? La démarche est identique en métropole


Alain Lesueur 08/02/2010 00:19


Agnès. Il n'y a aucun problème. Il s'agit d'information afin que chaque électeur connaisse les règles du jeu et suivre l'évolution des événements. Il ya cependant une différence puisque nous
n'avons qu'un département dans la région Guadeloupe. Ailleurs, les conseillers se présentent sur des listes départementales et sont élus dans ce cadre.


Maurice 31/01/2010 12:03


Bonjour monsieur LESUEUR,

Je suis métropolitain et je ne vote pas dans votre beau département. J'ai été moi-même adjoint au maire d'une petite commune du Finistère. Depuis une dizaine d'année, je viens régulièrement en
Guadeloupe. Pour avoir été là, l'an dernier, j'ai suivi et subi le "mouvement social" mais surtout j'ai apprécié l'analyse et les propositions que vous avez fait. J'ai été aussi syndicaliste et je
sais combien il est difficile de faire respecter les droits des salariés par conséquent, je respecte tous ceux qui s'engagent dans ce combat. Mais bloquer l'économie d'un pays tout entier pendant
44 jours pour aboutir à cet accord Binot. Je regrette, mais il y a du "foutage de gueule" quelque part. Tout cela pour vous dire monsieur, que je regrette sincèrement de ne pas être inscrit sur une
liste en Guadeloupe pour vous apporter mon soutien. En ce dernier jour de voeux, je souhaite que tous les guadeloupéens vous lisent et vous écoutent, car je sens que vous avez une véritble vision
pour ce " beau pays".


Alain Lesueur 31/01/2010 15:36


Cher Maurice. Je n'ai que votre prénom, permettez-moi donc cette familiarité. Ma conception de la Guadeloupe est celle de la nationalité française sous la R&volution où étaient réputés français
tous les citoyens du monde qui adhéraient à ces principes. Si aujourd'hui, la primauté des questions matérielles et la peur d'avoir à partager notre bien-être avec d'autres ne permet plus une telle
générosité, avouons tout de même qu'une telle conception, non seulement comme on dit "ça a de la gueule", mais que ce n'est que le constat que nous sommes citoyens d'une même monde, condamnés à
mourir comme des idiotes si nous sommes incapables de faire rapidement quelques progrès en matière de solidarité. Tout cela pour vous dire que comme la Guadeloupe n'est pas encombrée des
contraintes d'un Etat, ma conception est qu'ont vocation à être Guadeloupéens tous ceux qui se sentent Guadeloupéens, parce qu'ils sont attachés àce lieu et sont soucieux des intérêts de ceux qui y
résident. Votre texte est déjà un soutien précieux, car je n'ai jamais mesuré l'intérêt de mon action seulement à l'aune réductrice du nombre des suffrages obtenus à un scrutin, ni aux avantages
personnels que je serait susceptible d'en retirer. Je fais d'abord et avant tout de la pédagogie dans un pays qui en a tant besoin. Et, je sais qu'en pédagogie, il faut plusieurs générations pour
mesurer l'impact d'une action. Je plante des arbres, conscient que certains mettront peu-être quelques années avant de produire un peu d'ombre et de fraîcheur, d'autres plusieurs décennies pour
produire des fruits. On ne peut faire de la politique comme un maraîcher, avec l'exigence de récolter au bout de quelques semaines. Merci encore pour vos encouragements.