Aux habitants du désert

Publié le par Alain Lesueur

caravan-copie-1.jpg
Nous nous adressons au peuple guadeloupéen dans son ensemble, pour les problèmes communs. Mais nous interpelons directement les habitants de telle partie du territoire, afin qu'il se détermine en connaissance de cause, sur les questions que l'actualité impose. C'est pourquoi ce texte s'adresse à des zones déséritées du territoire dont je sais les difficultés du moment, d'hier, d'aujourd'hui, de demain et de toujours.

La Guadeloupe compte trois zones abandonnées par les politiques. Ce sont nos déserts économiques. Ils sont notre Sahel. On a laissé la population s’amenuiser, la jeunesse partir vers d’autres cieux, pourtant pas toujours plus cléments.
2010 doit marquer une rupture de cette politique d’abandon de pans entiers de notre pays. La Guadeloupe ne se développera que si chaque partie du pays est productrice de ce développement, y contribue et en tire un profit équitable.
Les Iles, Désirade, Marie-Galante, Les Saintes, sont des perles qui forment un collier autour du cou de la Guadeloupe. Une telle parure de bijoux ne saurait être négligée. Sinon, la « Gwadloup tranglé ». Les gens du Nord, de la Grande-Terre et de la Basse-Terre, se demandent pourquoi leur région est soit oubliée, soit ne méritant que le statut de dépotoir à déchets, catiche de Guadeloupe. Pour stocker nos déchets, sans les traiter, le tandem Lurel-Gillot a imposé, contre le peuple, la plus mauvaise solution, qui va coûter le plus cher, en argent et en pollution.
Nos politiques ont abandonné les Iles du Nord. Cette faute vaut à la Guadeloupe d’avoir perdu Saint-Martin et Saint-Barth. Si nous laissons ces zones en dehors de tout développement, nous risquons que le pays finisse comme un lotissement où chaque île passera de commune au statut de collectivité, comme Saint-Barth.
Pour les Iles, nous demandons l’application du Plan Colibri. A travers ce plan, l’Etat s’est engagé. Il doit donc tenir sa parole. D’autant plus que les demandes des responsables des Iles sont réalistes, modestes, trop peu exigeantes.
C’est pourquoi, nous estimons que l’Etat doit aller plus loin. Il doit montrer qu’il a pis la mesure du défi de la réanimation des trois déserts guadeloupéens. Les Israéliens ont fait pousser des avocats dans leur désert. Nous pouvons, et donc nous devons, y créer des oasis car cela est vital pour la Guadeloupe entière.

La Guadeloupe a perdu une sous préfecture, celle de Saint-Martin. Elle doit être remplacée par une autre, située à Capesterre ou Saint-Louis. Il faut équilibrer le territoire, à l’échelle de la Guadeloupe, mais aussi l’intérieur de Marie Galante. Cette nouvelle administration ira au devant de la population, et tiendra des permanences régulières dans les autres communes de Désirade et des Saintes.

La Martinique a trois sous préfectures, sans être un archipel. Le Nord Basse-Terre sera dotée d’une troisième sous préfecture, à Deshaies ou Sainte-Rose.
Pour le Nord Grande-Terre, nous préconisons une Préfecture, placée à Port-Louis ou Anse-Bertrand. En effet, la Guadeloupe doit être partagée, comme la Corse qui est moins peuplée et qui a deux préfectures, Ajaccio et Bastia, en deux départements d’outre mer, La Grande-Terre et la Basse-Terre.
Par cette nouvelle architecture administrative, l’Etat montrera son engagement à initier de manière décisive, puis accompagner un véritable développement de la Guadeloupe, en rééquilibrant notre territoire pour plus d’efficacité et d’équité.

Publié dans Les régionales

Commenter cet article

Claude 13/03/2010 11:14


A quand une Guadeloupe dirigée par quelqu'un qui a le souci de l'intêret général et une vision pour nous éclairer. Dans n'importe quel autre pays démocratique ces éléctions seraient déjà terminées
par K.O technique en votre faveur. Face à vos propositions, il n'y a que des catalogues et pas une mesure d'application. Bref, des gens pas sérieux veulent nous enfoncer un peu plus. Vous êtes pour
moi, la rupture et le sursaut qu'il faut pour sauver la Guadeloupe.


Alain Lesueur 13/03/2010 13:13


Merci Claude. Le ciel vous entende. Pour l'heure, le ciel guadeloupéen est plutôt menaçant. Sans projet colelctif, il s'assombrira encore.


pedro 08/03/2010 22:16


belle analyste juste de la situation du pays.
les élus n'ont pas pu ou n'ont pas voulu ou non pas été capable de faire une politique d'aménagement du territoire de la guadeloupe et d'équilibrage.a cause de leur tribalisme qui a conduit a
l'abandon des zones, st martin et st barth se sont retirer de la gpe.c'est une honte pour les gpéens, surtout pour ceux qui se dit patriotes, puisqu'aucun pays dans le monde n'accepte d'etre
amputer d'une partie de son territoire, quelque soit l'étendu du territoire ou de l'ethnie qui compose le territoire en question ( indonésie, malaisie, philipines,seychelles, maldives,japon sont
constitués de milliers d'iles et d'ethnies, et les distances entre les iles sont plus loin que grande terre-st martin), nous gpéens ont laisser tomber nos freres et soeurs des iles du nord,
maintenant j'apprend que le président de l'intercommunalité de marie galante, veut un collectivité a l'image des iles du nord.ainsi l'archipel sera démenteler.
avant qu'on termine comme les comores en 90, ou chaque iles a pris son indépendance, ou comme la somalie qui a démenteler en somaliland ( zone anglophone), putland ( zone italienne), le reste
dévaster par la guerre civile);
il est temps d'y remédie en guadeloupe, votre proposition a le mérite d'équilibrer le pays.
on peut se demander si les élus regardent et analyse sur ce qui se passent dans le monde, s'ils relisent l'histoire des peuples, ils sont entrain de refaire les memes bétisse qui conduisent à
l'anéantissement des peuples; CAR ils pratiquent le meme politique tribal et clanique,developer 3 à 4 communes (opulence), et laissent le reste en désert (pauvreté)et a l'interieur de ces 3/4
villes, il y a des quartiers laisser pour compte;on voit que les maires courent pour etre sur un liste, et les tetes de liste privilige ces 3 /4 communes pour gagner, ce qui veut dire qu'avec les
marchandages, ce sont les memes qui réclament encore plus pour leur communes laissant des miettes voir rien pour les autres communes.la maire d'une commune de gr terre a bien dit aux médias qu'elle
a obtenu pour sa commune des choses, c'est pourquoi elle a décider de soutenir cette liste. ce qui est une forme d'égoîsme:tout pour ma commune en échange de mon soutien, en plus je dois etre
éligible: Telle est le slogan de nos hommes/femmes politiques,;
avec ce comportement la guadeloupe n'échappera pas au sort funestre qu'ont subit les nations qui ont appliquer ce genres de politique
a bon entendeur salut


Alain Lesueur 08/03/2010 23:51


Pedro. Votre analyse est une charge sévère. Mais comment pourrais-je la contester. Vos commentaires sont lus et ont sans doute plus de poids que mes arguments. On ne peut vous soupçonner de
défendre un intérêt autre que l'intérêt gnéral, alors que tout candidat subit une suspicion légitime, vu le nombre d'électeur qui se sont fait échauder comme des chats par le passé, pardes
candidats qui ne croyaient pas eux-mêmes en leurs idées.