Au Bas mot...

Publié le par Alain Lesueur

doc_ENA0001.JPG

Il y a décidément  des passionnés de l'ENA... Depuis que j'ai fait le malheur de réusiisr à ce concours, moi dont les parents ne savaient même pas bien lire les trois lettres. Passionnés au point de répandre le fiel de leur frustration personnelle et de leur complexe, niant, sans argument ni contrôle, à un Guadeloupéen, la capacité qu'ils prêtent sans contrôle, à celui qui vient d'ailleurs. Plus vous leur donnez d'information, plus ils se persuadent de ce qu'ils ont dans la tête ou de ce dont ils voudraient eux-mêmes se persuader. Que RFO ou France Antilles fassent mon portait et affirment que j'ai fait l'ENA, il y en a toujours un qui ne sait pas où est la porte d'entrée de l'ENA mais qui se comporte comme un geolier qui sait qui est entré, qui n'est jamais entré, qui est sorti, etc. En voilà un nouveau sur Facebook qui m'a vu faire trois années de... préparation. Vu que j'aurais passé les années 91 à 94 à l'ENA, ce serait à essayer vainement de frapper à la porte, incapable de montrer... patte blanche. Pour lui, j'aurais été reçu au concours... à l'ancienneté. Voilà donc mes notes. Puisqu'il faut enfoncer le clou dans la tête des réclacitrants. Non seulement j'y suis entré mais pas sur un strapontin. Que l'on demande à Ségolène Royal, de gauche, idole de Lurel, à Valérie Pécresse, de la droite, ministre des intellectuels universitaires, candidate en Ile de France, si elles ont eu 15 au grand oral de 45 minutes devant l'élite de l'administration, énarques eux-mêmes, de l'université et de la presse, la dizaine de personnes qui constituent le jury. Peu probable car c'est la note des meilleurs de chaque promotion, tous concours confondus. Pareil pour le 15 en questions sociales. La question que j'ai tirée : "Les syndicats en France". A plus forte raison si j'avais tiré une question sur la sécurité sociale. Pas étonnant donc que je sois un des rares en Guadeloupe, qui pendant le mouvement social a pu lire dans le jeu de chacun des partenaires autour de la table. Le pauvre Desforges aurait beaucoup gagné, si outre d'être énarque coimme moi, il avait aussi été directeur à la sécurité sociale, à la Caf, au RMi. Aucun préfet qui arrive ici n'a cette chance. Alors il n'y a pas de miracle. Je ne suis pas entré à l'ENA sur un strapontin, mais 4e sur 50 millions de français qui pouvaient se présenter au même concours que moi en 1991, si on enlève les étudiants et les fonctionnaires, concernés par les premier et deuxième concours. Et si on neutralise l'épreuve de langue étrangère, où j'ai eu 6  sur 20, quand les fils d'émigrés espagnols ou italiens ont 18, alors je ne suis pas loin de rattraper le major du 3e concours d'entrée. Alors, je laisse dire les supporters de Toto qui prétendent qu'il a son "diplôme de préfet", laissant entendre qu'il a fait l'ENA. Evidemment, comme c'est faux, personne ne le réfute. Il n'existe ni diplôme de préfet, ni diplôme de l'ENA. ON est ancien élève par décret. De même que personne ne réagit quand dans le journal d'aujourd'hui, Toto dit avoir réussi au concours d'administrateur, laissant entendre qu'il est administrateur territorial, alors qu'il n'a jamais suivi la moindre formation à ce titre. Lui n'est n'est entré ni à l'ENA, ni dans aucune autre école de la fonction publique. Il n'a jamais occupé de poste d'administrateur, même nommé au choix, par un de ses copains politiques. Il ne peut donc en aucun cas se revendiquer administrateur territorial. Mais comme certains  d'entre nous nous n'aiment que les affabulateurs frimeurs, Toto laisse entendre qu'il est le phoenix des hôtes de ces bois. Je peux le rassurer. Si je suis élu président de Région, j'étudierai la possibilité, bien qu'il ait perdu le bénéfice du concours d'administrateur pour n'avoir pas suivi la formation, je suis prêt donc à examiner sa situation avec bienveillance. Car pour l'heure, son bâton de maréchal dans la fonction publique, c'est directeur des services à Gosier. Et quand il a été choisi par Gillot, ce n'est pas pour ses performances, ni son expérience de fonctionnaire territorial, c'est par copinage, vu qu'ils sont du même bord politique. Bref, c'est un pistonné qui se fait passer pour un crack. Mais certains Guadeloupéens n'aiment rien mieux qu'honorer les tocards qui friment et mentent sur leur cv et insulter ceux qui ne la ramènent pas et sont prêts à chaque fois à relever un nouveau défi professionnel et à faire leurs preuves dans un nouveau challenge. Si Obama était Guadeloupéen, il en a qui l'auraient déjà foutu à l'eau. Il aurait de garndes chances de pointer à l'ANPE. Mon correspondant sur Facebook me trouve instable parce que j'ai refusé de rester en France, un énarque parmi 5000, pour rentrer dans mon pays, faire que mes enfants soient Guadeloupéens et docn naissent en Guadeloupe. Je suis instable parce que préfère emmener moi-même mes enfants à l'école aux ABymes que de les voir accompagner par un chauffeur de la préfecture d'un département métroplitain. Nous n'avons pas les mêmes valeurs. Que ceux qui critiquent examinent le parcours d'Obama. Il a laissé un poste dans la banque pour faire dans le social dans les quartiers pauvre sde  Chicago. C'est sans doute grâce à ce choix que Obama va inventer la sécurité sociale moderne en Amérique.
Je préfère être président du conseil régional de Guadeloupe que ministre de la France. C'est mon choix. Que ceux qui pensent comme moi me suivent. Que les autres nous regardent avancer avec notre caravane et continuent...
Cette nouvelle charge des obscurantistes ne me déplaît pas. Il intervient parce que le mouvement que nous avons créé fait de Victorin Lurel le George Bush local, sinon le MAc Cain de Vieux Habitants, à moins qu'avec ses airs de matador, il ne soit notre Sarah Palin. Mais je ne suis sûrement pas Obama. Au bas mot, être un simple disciple suffit à mon inspiration.

Publié dans Mon parcours

Commenter cet article

Le Tigre 08/03/2010 14:43


Pour vos détracteurs dont Moise sur "Tatun info",vous seriez un déséquilibré psychique inapte à toutes hautes responsabilités administratives. Il précise: "avec josé TORIBIO,plus atteint que
vous...". Les attaques sont beaucoup plus discriminatoires que j'avais pensé au premier abord, ils dépassent le cadre de la simple moralité. A vous de démontrer que les fous ne sont pas ceux que
l'on calomnie, que ce sont surtout ceux qui se prennent pour des monarques absolus indispensables à la Guadeloupe. Plis fos enko.


Alain Lesueur 08/03/2010 23:53


Merci le Tigre. Je n'ai pas encore vu la prose de Moïse. J'irai voir.


Le Tigre 06/03/2010 20:57


J'ai lu avec attention votre parcours. Répétez l'essentiel sur les médias devant des milliers d'électeurs. faites savoir que vous êtes un homme de conviction,de moralité irréprochable au service de
votre pays. Vos concurrents cherchent tous les arguments possibles pour vous empêcher d'avoir un mandat politique. Big force.


Alain Lesueur 07/03/2010 01:01


Merci de vos encouragements Le Tigre


DJ 06/03/2010 01:19


Il est en train de perdre son sang froid, ses obsessions ressortent l ENA L ENA ...
TOujours pas de programme cancan cancan triste fin de regne...


Alain Lesueur 06/03/2010 01:44


Et dire que ce personnage frivole et fragile dirige la Région depuis six ans... Nous vivons dangereusement


pipo 05/03/2010 11:45


Bravo Monsieur LESUEUR, il était temps de dire ses quatre vérités a cet affabulateur. Ce type laisse planer un doute sur son CV, trompant ainsi cette frange de la population qui répète ses
mensonges, mais la vérité éclatera au grand jour. Que les guadeloupéens ne s'y trompent pas, dès le premier tour, il faut voter GUADELOUPE DEMAIN. Big Foss!


Alain Lesueur 05/03/2010 16:34


Cher Pipo. Malheureusement pour le matador, les livres qu'il lit, il y a longtemps que je les ai rangés. Il est venu à Ste-Rose pour parler de moi. Je savais donc qu'il aborderais la question qui
lui donne des complexes. Monsieur "je suis le plus beau le plus grand le plus intelligent" a un complexe. Il n'a pas fait l'ENA. Alors que je puisse être énarque lui donne des démangeaisons. Il est
venu conférer à Sainte-Rose pour laisser entendre que ce ne serait pas tout à fait vrai. Son problème, c'est que j'avis déjà écrit l'article, avant qu'il ne sorte ses commérages. De la part d'un
type qui a accédé à la présidence de Région, c'est pitoyable. Pour la Guadeloupe, c'est un drame.