55 millions de français...

Publié le par Alain Lesueur

Le site Internet de l’UGTG a été utilisé par quelques individus pour distiller le venin de la désinformation de la part de gens qui écrivent à tort et à travers, et ignorent le sujet dont ils parlent : à savoir mon parcours professionnel. Un temps, dans les soirées à boire aux frais de la princesse, un président de conseil général pariait  le champagne que je n’ai pas fait l’ENA. Lui, a passé son diplôme de médecine dans un casino aurais-je répondu, si je voulais faire rire d’un personnage triste. Il faut savoir être charitable. Voilà de quoi satisfaire leur appétit, même si c’est de la curiosité malsaine, du fait de l’évidence de leur intention de nuire. Ainsi, on laisse entendre que je serais entré à l’ENA grâce à mes relations. Il faudrait donner le tuyau à Jean Sarkozy qui ne va pas se hasarder à se présenter au concours d’entrée à l’ENA, sans un passe-droit. Le fils de Nicolas sait qu’il n’a aucune chance, même avec le piston de papa. Alors si certains veulent croire qu’un fils de marin pêcheur guadeloupéen puisse entrer à l’ENA par filon… J’ai retrouvé mon relevé de notes au concours d’entrée, parmi des vieux papiers que j’allais jeter. En attendant que les corbeaux me demandent de le mettre en ligne pour juger par eux-même, je précise que selon les années, on peut être admis à l’ENA avec moins de 9/20 de moyenne. Alors avec plus de 12 de moyenne… c’est tout sauf du piston. Précisons aussi que lorsque votre note atteint 14/20 dans une des épreuves écrites du concours, vous commencez à postuler pour être publié dans le fascicule du concours d’entrée à l’ENA, édité par le Journal officiel, à titre d’exemple des « copies les mieux notées » de l’année précédente. A propos, j’aurais aussi poussé le filon jusqu’à choisir mon classement au concours d’entrée : 4e. Rappelons que la France comptait à l’époque 55 millions d’habitants et que tous pouvaient être candidats. Mes détracteurs aussi d’ailleurs. Peut-être ont-ils essayé et échoué. Ceci expliquerait cela.

.

 

Publié dans Mon parcours

Commenter cet article

A.MURAT 21/02/2010 01:50


Monsieur LESUEUR, il n'en faut pas vous en faire ,^vous êts entré en politique, alors il faut vous préparer à recevoir des coups de matraque de touts bords surtout si vous dîtes ce qui est vrai,
alors là vous déranger, dénoncer l'hypocrisie et la malhonneteté de nos intellectuels fera de vous celui qu'on essaiera de détuire quitte à utiliser tous les moyens plus bas au fur et à mesure que
vous prendrez de l'importance aupres de la masse populaire; mais aussi vous aurez des déceptions aupres de beaucoup car notre peuple est pris dans uns systéme malhonnête qualifié de
débrouillardise, et ce peuple ne voit pas qu'il s'autodetruit par l'endettement,l'individualisme,
la perte de ses valeurs de la famille travail;pour lui le RSTA? RSA..TOUT CE qui est d'autre à toucher est bon à prendre,et appeler un réveil de conscience n'est pas dit que l'on voudra vous
comprendre.


Daniel 05/02/2010 11:29


Monsieur,
Je ne vous connaissais pas, mais depuis votre passage sur RCI, je m'intéresse à vous.Dans ce pays on est mal à l'aise face à ceux qui réussissent, alors attendez-vous a beaucoup d'adversité. Votre
parcours devrait-être montré en exemple pour la jeunesse guadeloupéenne pour qu'elle reprenne espoir.Je ne comprends pas que vous ne dirigiez pas les services de la région ou du département. Mes 2
fils, étudiants en métropole sont en admiration devant votre parcours. Par ailleurs, j'ai pris le soin d'aller écouter Messieurs Lurel et Jalton...quelle tristesse! Pas une idée originale que des
cancans. On est dans l'auto-satisfaction sans retenue. Je connais 2 ou 3 personnes intelligentes qui suivent Lurel, je suis triste pour elles et j'espère qu'elles vont se réveiller d'ici le vote.
Fos pour vous.


Alain Lesueur 05/02/2010 15:11


Cher Daniel. Vous savez, parfois j'ai le blues en comparant ce que je peux faire et ce que je fais. Je ne suis pas à la recherche de vedettariat, à mon âge, j'ai dépassé ce stade. Mais je suis
triste de voir nos enseignants citer en exemple à des collégiens des chanteurs de ragga pas tout à fait adultes mentalement comme s'il s'agissait de Voltaire, tant leurs textes sont censés
signifiants, et pas des médecins, des ingénieurs, des chercheurs guadeloupéen, etc. Je n'aspire pas à servir de modèle, mais je n'ai jamais eu l'occasion d'être invité dans une école pour dire à
des jeunes que moi aussi, je sors d'un milieu ordianire, que moi non plus mes parents n'étaient guère allés à l'école, ne savaient pas lire et écrire pour m'aider, que moi aussi j'ai eu des moments
de découragements, que j'ai même fait l'école buissonière, en plein hiver, en région parisienne, sans un sou en pcohe pour entrer me réchauffer quelque part, et que donc, les difficultés sont
rarement réellement insurmontables. Alors, j'essaie de l'expliquer à mes propres enfants, mais vous savez comment sont les choses. Ce sont vos enfants qui sont les moins enclins à faire attention à
ce que vous dîtes. Dans un premier temps. Lorsqu'ils sont jeunes. Maisils enregistrent et ils comprennent plus tard. Dîtes à vos enfants, maissans doute l'ont-ils déjà compris, que c'est l'un
des meilleurs moments de la vie que celui où l'on n'a comme devoir que de s'enrichier et s'exercer à devenir une meilleure personne, plus apte à servir les autres, quelle que soit la place que
l'on aspire à occuper dans la société. Merci de votre soutien.


Malpalan 21/01/2010 22:59


M. Lesueur, il me semble que cet article sur le site de l'UGTG portait aussi sur la parution au JO de l'annonce de votre radiation du corps des administrateurs civils en 1994. Je suis moi-même trop
fainéant pour chercher la source et le JO mais peut-être pourriez vous nous éclairer sur ce point.
Le sujet est futile mais il fait en effet parler et rire dans les soirées gwadamondaines.
Je tiens cependant à vous féliciter pour ce blog qui est de plus en plus intéressant et surprenant. Merci de votre liberté de ton et votre humour.


Alain Lesueur 23/01/2010 14:21


Cher Malpalan. Lorsque vous êtes administrateur civil, votre situation professionnelle n'est pas gérée à coup d'arrêtés municipaux. Donc si vous décidez de quitter l'administration de l'Etat
de manière définitive, parce que vous faîtes un autre choix professionnel, alors comme tout fonctionnaire, vous êtes radié parce que sinon l'Etat devra continuer à vous verser une rémunération
alors que vous n'êtes plus fonctionnaire. Pour vous payer, pour cesserde vous payer, il faut un acte administratif. Si vous êtes fonctionnaire territorial à la mairie du Gosier comme Monsieur
Lurel, au hasard, c'est le maire du Gosier qui prend un simple petit arrêté municipal pour mettre fin à vos fonctions et vous êtes ainsi radié de la liste du personnel communal. Monsieur Lurel a
donc la qualité d'ancien élève de Gillot. Si vous faîtes partie du corps des administrateurs civils, alors même un arrêté ministériel ne suffit pas, c'est un décrêt, c'est-à-dire un texte signé par
le Premier ministre et le Président de la République qui règle votre situation. D'ailleurs, l'ENA est une école rattachée au Premier ministre. Voilà l'explication. Les énarques qui ont choisi
définitivement d'aller dans le privé où ils sont payés dix fois, voire 100 fois plus, ne perdent pas leur qualité d'ancien élève de l'ENA. Etre énarque est une chose. Etre fonctionnaire en est une
autre. Pas plus qu'un médecin hospitalier qui ouvre un cabinet ne perd sa qualité de médecin.Chirac et Giscard sont toujours énarques. Il sont à la retraite. J'ai un collègue de promotion qui est
décédé quelques années après la sortie de l'ENA. Il figure toujours dans l'annuaire des Anciens élèves de l'ENA. L'ENA est une instiutution bien française qui voudrait, comme l'Académie française,
donner à ses membres "l'immortalité". Vous voyez, je suis le premier à me moquer de la prétention de l'ENA et de la prétendue supériorité de la confrérie des énarques à laquelle je n'appartiens
pas. Pendant ma scolarité à l'ENA, je me qualifiais moi-même d'énarque du troisième type. Mes amis, ce sont ceux de mon enfance, les anciens élèves de l'école communale de Sainte-Rose. Les gens que
j'ai rencontré à l'ENA sont des relations. Outre quelques personnes, dont Jean-Pierre Soisson, ministre à l'époque, avec qui j'ai noué des relations d'amitiés, lorsque pendant mon stage dans
sa mairie, j'eus l'occasion de faire la campagne électorale des régionales avec lui en Bourgogne. Plus d'une fois, nous sommes partis tous les deux, puisque son chauffeur l'avait conduit toute la
journée dans ses obligations administratives. Et souvent au retour, vers deux heures du matin, il dormait à l'arrière. Mais je m'aperçois que je vous raconte ma vie, et que ce n'était pas votre
question. Pour en revenir à ce qu'on lit sur le site de l'UGTG. C'est souvent écrit par des fonctionnaires. Comme tous les dirigeants du syndicat. Ils sont donc concernés par l'ENA qui est la plus
haute école de la fonction publique d'Etat. Ils ont donc la possibilité de se présenter au concours. A moins qu'ils l'aient fait. Mais alors, de quellle promotion sont-ils? A moins qu'ils aient été
radiés... Bonne journée Malpalan.


THEOMETHIS/alias l'archipélien 19/01/2010 16:35


Monsieur Lesueur et moi nous avons en commun d'etre ,l'un comme l'autre, fils de Marin - pecheur...C'est dire que nous avons des références verbales et un imaginaire quasi identiques...C'est un
énarque ,c'est incontestable...Moi ,je ne suis qu'un faineant contrarié.


Alain Lesueur 19/01/2010 18:03


Theometis. Savez-vous que sur ce dernier point, nous ne sommes pas si dissemblables?


fortin simone 19/01/2010 16:09


A l'archipélien: je ne sais comment prendre votre"humour"!!assurément A lain Lesueur n'a pas fait l'école des ânes, son parcours professionnel bien rempli est là pour le prouver.Je trouve aussi
très regrettable que des élus de haut niveau, dirions nous, se laissent aller à des paris stupides sur des sujets qui ne méritent même pas discussion.Alain Lesueur a déjà fait ses preuves par ses
compétences, pourquoi s'obstiner à démolir un fils du peuple qui n'a qu'une seule volonté: faire avancer et grandir ce peuple, pour que justement un plus grand nombre d'enfants accède à l'ENA ou
toute autre grande école.
Dans ses différents postes de responsabilité, je n'ai jamais entendu parler d'actions équivoques dans l'honnêteté.On pourrait tout juste lui reprocher justement sa distance par rapport à des prises
de position pas toujours désintéressées de beaucoup d'élus.Il s'en suit une mauvaise interprétation de certaines critiques formulées par Monsieur Lesueur, mais souvent le temps lui donne
raison!!!!Pourquoi marginaliser un homme qui veut hisser la Guadeloupe au plus haut et ceci sans malhonnêteté, ni intérêt personnel.


Alain Lesueur 19/01/2010 16:47


Chère Simone. J'ai décidé depuis longtemps d'accepter d'avoir raison trop tôt, en défendant ma conviction. Cela équivaut à avoir tort. Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté". Vous
voyez, je connais mes classiques. Je sais donc que celui qui a raison trop tôt, continue d'avoir tort, quand ceux qui se sont trompés, adoptent ses thèses, lorsque la réalité est devenue évidente à
tout le monde. Ceux au nom de qui j'ai été copieusement insulté pendant le mouvement social, leaders syndicaux et politiques confondus, répètent quelques mois plus tard ce que j'ai dit alors. Cela
ne les empêche pas de se prendre et de se fiare passer pour de grands visionnaires. Et comme nos médias ne sont que des miroirs, incapables d'analyse dans l'instant, et atteints d'amnésie dès le
lendemain...